Tristan Guillot est chercheur à l’Observatoire de la Côte d’Azur (OCA).

Spécialiste de l’astronomie et des exoplanètes, sa présentation du 7 novembre 2017 s’intitulait : « Observer des exoplanètes depuis Concordia ».  En voici un compte-rendu :

.  L’engagement des scientifiques pour la protection de l’Arctique

Dans le cadre du sommet du G7 qui s’est tenu les 8 et 9 juin dans la région de Charlevoix au Québec, les Académie des sciences des sept pays membres, dont l’Académie des sciences française, ont émis deux déclarations à l’adresse des chefs d’État, qui discutaient des grandes priorités de recherche. Les deux axes de réflexion que les scientifiques ont souhaité mettre en valeur concernent l’impact du changement climatique sur l’Arctique et ses conséquences planétaires d’une part, et d’autre part l’enjeu de la révolution numérique sur la société de demain.

Sylvie Beyries est directrice de recherche au CNRS au sein de la composante « Préhistoire et Ethnoarchéologie : systèmes techniques, espaces sociaux, transferts ».  Elle est spécialiste des industries lithiques et de l’ethnoarchéologie en milieu périglaciaire.

Sa présentation du 8 novembre 2017 s’intitulait « Ethnoarchéologie de l’usage et de l’exploitation des plantes par les sociétés arctiques et subarctiques ». En voici un résumé :

Matthieu Chevallier est chercheur au Centre national de Recherche en Météorologie, au sein de l’équipe « Interactions Océan-Glaces-Atmosphère » du Groupe de Météorologie de Grande Echelle et Climat. Ses thématiques de prédilection sont, parmi d’autres, la prévisibilité en Arctique et les interactions océan-glace-atmosphère dans les moyennes et hautes latitudes.

Sa présentation du 7 novembre 2017 s’intitulait : « Prévisions environnementales dans les régions polaires ». En voici un compte-rendu :

Marc Delmotte est ingénieur de recherche au CNRS, au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement. Il est spécialiste de l’étude des gaz à effet de serre, en particulier au Groenland.

Sa présentation du 8 novembre 2017 s’intitulait : « Suivi des gaz à effet de serre en zone polaire ». En voici un compte-rendu :

Jean Duprat est chercheur au Centre de Sciences Nucléaires et de Sciences de la Matière (CSNSM). Il obtient en 2012 la médaille d’argent du CNRS pour ses programmes de recherche de micrométéorites en Arctique et en Antarctique.

Sa présentation du 7 novembre 2017 s’intitulait « Micrométéorites à Dôme C, des poussières extraterrestres dans les neiges antarctiques ». En voici un compte-rendu :

Yvon Le Maho est un écophysiologiste français, directeur de recherche au CNRS à l'université de Strasbourg. Il est élu correspondant de l'Académie des Sciences le 22 mars 1993, puis membre (dans la section de Biologie intégrative) le 28 octobre 19963. Il a été impliqué dans le Grenelle de l'environnement et a rédigé un rapport concernant le maïs OGM.

Jérôme Chapellaz est directeur de recherche au CNRS, rattaché à l’Institut des Géosciences de l’Environnement. Spécialiste de la glaciologie et de l’étude des paléoclimats, Jérome Chapellaz a été nommé directeur de l’Institut polaire Paul Emile Victor le 1er mars 2018. Ses travaux ont été récompensés de la médaille d’argent du CNRS, ainsi que de nombreux prix.

Dans le cadre de la 41ème réunion des parties consultatives au traité sur l'Antarctique (RTCA), je me suis rendue en Argentine du 14 au 19 mai. 

Je suis notamment  intervenue lors de l'ouverture de la réunion plénière et me suis entretenue avec  le ministre argentin des relations extérieures et du culte, Jorge Faurie. 

Je me suis ensuite rendue dans la province de Terre de feu (Ushuaia) afin de rencontrer les autorités politiques de la province, de visiter le Centre austral de recherche scientifique CADIC-CONICET et d’évaluer l’état de la biodiversité au cours d’une navigation dans le canal de Beagle.

Dans le prolongement des discussions internationales …

Page 3 sur 4
Remonter