La commune de Muttersholtz en Alsace, Territoire à énergie positive 2015, reconnue capitale de la biodiversité pour les petites villes, s'appuie sur une tradition écologique ancienne dans laquelle plusieurs générations d'habitant(e)s ont été sensibilisées à la relation à l'environnement.

En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie : et voilà ! Un beau territoire à énergie positive pour la croissance verte( TEpCV) parmi les 500 que j’avais créés au ministère. Pourquoi avoir arrêté ce qui marche si bien en confiance ? https://t.co/w67TQsg0b5

— Ségolène Royal (@RoyalSegolene) 13 novembre 2019

Une biologiste californienne estime que le réchauffement climatique, qui provoque une fonte des glaces, pourrait être à l'origine de la propogation d'un virus entre des espèces animales venues de l'océan atlantique vers d'autres espèces dans l'océan pacifique

Comment un virus venu de l’Atlantique a réussi à infecter des mammifères du Pacifique https://t.co/OF6vsVhSq0 via @slatefr

— Ségolène Royal (@RoyalSegolene) 11 novembre 2019

Des chercheurs observent que le relèvement des températures en Antarctique entraine des difficultés pour la reproduction des manchots Empereurs qui pourraient disparaître avant la fin du siècle si rien n'est fait.

Les manchots empereurs pourraient disparaître avant 2100 https://t.co/z4PVO8gkMO. Quelle tristesse que cette conséquence des comportements prédateurs et dramatiquement indifférents à la nécessité de préparer l’après-pétrole #ActOnClimate

— Ségolène Royal (@RoyalSegolene) 10 novembre 2019

Des chercheurs au coeur de l'Amazonie

dimanche, 25 août 2019 13:40

#AmazonForest, relançons la recherche : des chercheurs au cœur de la forêt amazonienne, que nous avions soutenus en 2015 avec le Muséum d’histoire naturelle. #biodiversite https://t.co/Qera4m8xHF

— Ségolène Royal (@RoyalSegolene) 25 août 2019

L'Amazonie, actuellement en proie à de violents incendies, est la plus grande forêt tropicale du monde. Elle abrite un quart des espèces du monde et joue un rôle de poumon pour la planète. Mais elle est victime de la déforestation intensive #AFP pic.twitter.com/2Ssq30gmou

— Agence France-Presse (@afpfr) 24 août 2019

Heureuse de rencontrer les chercheurs du MNHN pour l’inventaire de la #Biodiversité dans le Parc naturel marin du Cap Corse dont j’ai eu le bonheur de signer la création en juillet 2016 avec la collectivité corse #MNHN #Capcorse pic.twitter.com/jkd9iPyTXf

— Ségolène Royal (@RoyalSegolene) 11 mai 2019

#IPBES7 #biodiversite

2ème outil : la loi pour la reconquête de la Biodiversité

Fière d’avoir fait voter à l’unanimité du parlement la loi pour la reconquête de la Biodiversité, de la nature et des paysages.

Les outils sont là, chacun peut agir ⤵️https://t.co/k7TNwL4gkI pic.twitter.com/4yQzAO7JV3

— Ségolène Royal (@RoyalSegolene) 6 mai 2019

#IPBES7 #biodiversite

1er outil : l’Agence française pour la biodiversité est en place.
Fière d’avoir créé, avec le Parlement, l’Agence française pour la biodiversité qui a mis la France à l’avant-garde des solutions avec Hubert Reeves président.https://t.co/cO0J5MvyVT pic.twitter.com/aB5eZrOEIH

— Ségolène Royal (@RoyalSegolene) 6 mai 2019

Jérôme Fort est chercheur au sein du laboratoire Littoral Environnement et Sociétés (LIENSs). Il est spécialiste en écophysiologie et étudie les effets des changements environnementaux sur les oiseaux marins. Voici un résumé de sa présentation:

L’Arctique subit aujourd’hui une accélération des changements environnementaux qui va affecter l’ensemble des espèces et de la biodiversité de cette région. Dans ce contexte, il est essentiel et urgent d’évaluer la vulnérabilité des espèces arctiques, mais aussi de comprendre et de prédire les impacts de ces changements sur ces dernières. Une rapide présentation de trois programmes de recherche en cours (ADACLIM, ILETOP et ARCTOX) financés …

Olivier Chastel rapporte sur les deux programmes qu’il anime sur la bioaccumulation de contaminants polluants organiques persistants (POPs), composés organiques (DDT, DDD, DDE, HCB, PCBs, et PBDEs) et métaux lourds (As, Cd, Hg, Pb), chez les prédateurs supérieurs en Arctique (Spitsberg, Ny Alesund) et en Antarctique / Subantarctique (projet Polartop, financé par l’ANR). A noter que ces projets reposent sur une base d’expertise régionale (Nouvelle Aquitaine) très importante et unique.

Page 1 sur 2
Remonter