La croissance bleue amplifiée

  • Les mers et l’océan
    > constituent un gigantesque puits de carbone indispensable à la régulation climatique ;
    > offrent un potentiel très important d’activités et de croissance ;
    > constituent un milieu fragile qu’il faut impérativement préserver ;
    > sont associés à des risques nouveaux qu’il faut maîtriser ou auxquels il faut s’adapter ;
    > disposent d’écosystèmes marins et littoraux rendent des services inestimables aux populations et à leurs économies

  • Deux conférences nationales sur la transition écologique de la mer et des océans pour la croissance bleue et le climat réunissant les acteurs du monde maritime ont eu lieu le pour convenir d’actions concrètes à déployer.
    > Développement de la flotte, y compris de la flotte océanographique, feuille de route du 17 novembre 2015 pour la recherche et l’innovation pour le navire de pêche du futur et les ferries propres.
    > Soutien de la pêche et de l’aquaculture françaises pour favoriser l’emploi et la gestion durable (FEAMP).
    > Simplification des procédures administratives pour le transport maritime et la pêche.
    > Soutien de l’attractivité et la compétitivité des ports, y compris outre-mer.
    > Appel à projets «Ports à énergie positive pour la croissance verte et bleue».
    > Publication de la Stratégie nationale de déploiement du gaz naturel liquéfié (GNL) dans les ports pour les carburants des navires.
    > Réduction des émissions de GES par le transport maritime (approbation d’un système mondial de suivi des émissions de GES des navires et d’une politique et d’objectifs de réduction des émissions des GES de l’OMI). > Instruction d’une responsabilité élargie pour les producteurs (REP) du secteur de la plaisance.
    > Conciliation des différentes activités et usages de la mer (stratégie nationale pour la mer et le littoral, guide méthodologique et de la transposition de la directive européenne sur la planification spatiale maritime). > Entrée en vigueur, le 1er décembre 2016, du dispositif de séparation du trafic maritime dans les eaux du Canal de Corse, entre l’Italie et la Corse.
    > Soutien aux métiers de la mer: nouveaux BTS, nouvelle législation pour les activités dans les eaux françaises.
    > Mobilisation des établissements d’enseignement maritime du MEEM sur la transition énergétique.

  • Développement des énergies marines renouvelablessunset 2469106 1280> éolien en mer posé : 3000 MW en fonctionnement en 2023 et 6000 MW supplémentaires attribués.
    > hydrolien, éolien flottant : 100 MW en fonctionnement en 2023 et 2000 MW supplémentaires attribués
2018-06-07 08:40:28
Lu 350 fois
Remonter